Créer un site internet

Aucun élément à afficher

La République du Mali

Coat of arms of mali svgMaliUn peuple, un but, une foi

Capitale :       Bamako

Plus grandes villes:    Bamako, Sikasso, Segou, Mopti, Koutiala, Kayes

Superficie totale:        1 240 192 km2 (classé 24e)

Superficie en eau:      1,68%

Population totale (2015):       16 174 5801 hab. (classé 65e)

Densité:           11,7 hab./km2

Économie IDH (2013):         en augmentation 0,3992 (faible) (180e)

 

La grande richesse du Mali a pour support le fleuve Niger. Et plus précisément le delta intérieur (on parle aussi de delta central) du fleuve Niger qui s’étend en une vaste zone inondable entre les villes de Djenné, Mopti et Tombouctou. Un million de personnes vivent sur  ce territoire d’environ 35 000 km2. Pêcheurs, éleveurs et agriculteurs exploitent tour à tour eaux et terres pour consommer et exporter les ressources du Delta. Une organisation sociale sophistiquée assure le chassé-croisé des uns et des autres en fonction de la hauteur de la crue.

L’eau provenant des fleuves Niger et Bani provoque l’indispensable inondation annuelle du Delta Intérieur du Niger au Mali, remplissant ses plaines inondables, ses nombreux, marécages, marais et le lac Debo. Environ 1,5 million de personnes dépendent du delta pour ses poissons, leur agriculture, le transport et l'assainissement. En outre, des millions d'oiseaux d’eau faisant leur migration annuelle aussi loin de l'Europe et de l'Arctique pour se nourrir et se reproduire dans le Delta Intérieur du Niger

La société civile et les médias renforcent leur positionnement autour de la Directive CEDEAO sur les grands barrages

 

Le 14 septembre s’est tenu à Bamako, République du Mali, un atelier de sensibilisation et d’appropriation de la société civile et les média sur la Directive de la CEDEAO relative au développement d’infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest.

Cette rencontre se voulait un cadre de réflexion et d’ appropriation par les acteurs de la société civile et les journalistes de la Directive en tant qu’outil de référence régional en matière de bonnes pratiques dans le développement des projets d’infrastructures hydrauliques au Mali. L’animation d’un débat télévisé sur le plateau de l’Office de la Télévision Malienne ( ORTM) en fin de journée a permis de partager avec le grand public les conclusions et enseignements des échanges.

Il découle des échanges, des recommandations, des propositions d’action et des stratégies appropriées pour renforcer le rôle et le positionnement de la société civile et les média dans la mise en œuvre de la Directive en vue de favoriser une meilleure gouvernance des projets d’infrastructures dont celui de Taoussa au Mali.

Vous trouverez en pièce jointe le produit de la rencontre qui vous permettra d’en apprécier davantage les résultats 

Cette rencontre faisait suite à l’adoption par la 78ème session ordinaire du Conseil des Ministre du Conseil des ministres de la CEDEAO tenue à Monrovia les 1er et 2 juin 2017 de la directive CEDEAO relative au développement d’infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest qui s’impose dorénavant aux pays membres de la CEDEAO.

Elle a été organisée par la Coordination Nationale des Usagers(ères) des ressources naturelles du Bassin du Niger (CNU-Mali), avec l’appui technique et financier de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) dans le cadre du Programme de la Globale Water Initiative (GWI).